Utiliser ses photos prises avec Instagram

Vous aimez Instagram.

Non seulement ses filtres et son usage intuitif vous permettent de transformer des photographies, somme toute parfois assez banales ou pas tellement réussies – après tout , nous ne sommes pas tous des photographes – en images plutôt jolies, et en tout cas faciles à partager sur les réseaux sociaux et sur votre page Facebook en particulier, sur votre profil si vous agissez à titre individuel.

Seulement voilà, le système est bien cadenassé, autant Instagram peut se servir de vos photographies, autant vous avez du mal à les télécharger « hors de l’application » pour, par exemple, les imprimer ou vous en servir dans un site internet ou dans un blog comme bon vous semble, sans pour autant avoir « un fil à la patte » . Autre solution : intégrer – c’est parfois compliqué – un code Instagram qui risque de suggérer à votre visiteur de quitter votre site pour se retrouver sur l’application, simplement pour profiter de ce visuel après avoir cliqué dessus. Rien de bien pratique.

Récupérer des photos prises avec #instagram ... #photo

 

Notre faux Daft …

Vous allez sur la photographie choisie sur l’application Instagram, vous cliquez sur copier le lien, en haut à droite, juste au dessus de l’image qui vous intéresse, sur les trois petits points, vous choisissez « Copier le lien », puis vous allez dans repost. L’image dont vous venez de copier le lien apparaît. En base de votre écran, cliquez sur repost, puis, on vous propose d’effectivement re-poster l’image ou alors, d’utiliser le bouton « Copy caption », qui veut dire, en français « copier la légende ». Et vous allez voir que la photographie est désormais dans la bibliothèque photo de votre iPhone.

Attention cependant, si cette astuce fonctionne pour vos photographies, elle fonctionne également pour celles de comptes qui ne sont pas les vôtres, vous utiliserez alors des images sur lesquelles vous n’avez pas les droits, peut-être à l’encontre de la volonté de leur auteurs.

Pensez-y et soyez respectueux !

#Hashtag : trucs et astuces pour s’en servir

Si le sigle # ou dièse (en français dans le texte) a été popularisé il y a peu par les réseaux sociaux, il existe cependant de longue date. En effet, on l’utilise déjà en solfège depuis de nombreuses années mais on le retrouve aussi sur les cadrans téléphoniques, encore dans leur version “analogique” ou “mécanique”.

Téléphone à cadran avec dièse

Le Dièse était sur le téléphone à cadran

Le symbole # connaît une nouvelle vie grâce à twitter. Le système aux messages limités à 140 caractères l’a utilisé pour signaler des mots-clés ou des sujets dans un Tweet. Il est ainsi activé par les utilisateurs de Twitter comme moyen permettant de catégoriser les messages sur base de mots clés directement accolés derrière ce sigle # dièse, désormais appelé hashtag dans le jargon anglophone de twitter.

Les utilisateurs emploient ces hashtags avant un mot-clé ou une succession de mots (sans espace ou autre signe de ponctuation) de leurs tweets. Ils peuvent ainsi catégoriser ces Tweets, ce qui permet de les afficher plus facilement dans les recherches Twitter.

Si vous cliquez sur un mot contenant un hashtag, cela vous permettra d’afficher tous les autres Tweets qui comportent ce mot-clé,avec leur hashtag.

Vous pouvez insérer des hashtags à n’importe quel endroit d’un tweet : au début, au milieu ou à la fin.

Les hashtags les plus populaires couvrent souvent des sujets tendances. Les événements peuvent également avoir leur hashtag, on trouve aussi  des émissions de televisions, comme, par exemple #onpc , #sochi , #map2015 #map

Exemple avec twitter et le hashtag #FF. Les utilisateurs ont créé cette abréviation pour signifier “Follow Friday”, une tradition hebdomadaire par laquelle les utilisateurs recommandent des membres que d’autres membres devraient suivre sur Twitter. Vous en verrez donc chaque… vendredi.

Là où ça devient vraiment intéressant, c’est que le hashtag, aujourd’hui, est utilisé sur d’autres réseaux sociaux comme Facebook et Google+. On y trouvera donc aussi des hashtags comme #jobs #fashion #food ou #voyage pour n’en prendre que quelques exemples parmi les plus courants.

L’intérêt est qu’un même message, partagé sur plusieurs réseaux sociaux va pouvoir intégrer la même structure avec les mêmes mots clés-hashtags. On n’oubliera cependant pas, alors, de placer ceux-ci dans les 140 premiers caractères si la diffusion se fait aussi via twitter.

trucs et astuces hastgag

trucs et astuces hastgag

 

Pour utiliser correctement les hashtags :

Si vous insérez un hashtag dans un Tweet sur un compte public, toute personne recherchant cet hashtag pourra trouver votre Tweet

Ne spammez pas avec des hashtags. N’insérez pas trop de hashtags dans un même message (Les bonnes pratiques recommandent de ne pas utiliser plus de trois hashtags par message). Plus naturel est votre hashtag et plus fluide sera son insertion, de plus, si vous le placez dans la phrase, devant un mot qui la compose, vous gagnez de la place.

N’utilisez des hashtags que dans les Tweets correspondant au sujet.

 

 

Veille :

N’oubliez pas que si vous utilisez les hastags pour catégoriser les messages que vous envoyez (quelle que soit la plateforme, Twtitter, Google ou Facebook,…), c’est également valable dans le sens inverse.

En effet, pour votre veille, rien de tel que d’utiliser les hashags; vous chercher des infos sur le tourisme ? Tapez #tourisme. Des infos sur l’utilisation du mobile dans le marketing touristique ? C’est la combinaison des mots #tourisme #marketing #mobile.

Les hashtags sont aussi une excellente manière de se composer un portfolio d’éléments bibliographiques pour une étude de marché par exemple. Des liens et des posts faciles à garder dans Google Keep par exemple.

#Hashtag : trucs et astuces pour s'en servir

Si le sigle # ou dièse (en français dans le texte) a été popularisé il y a peu par les réseaux sociaux, il existe cependant de longue date. En effet, on l’utilise déjà en solfège depuis de nombreuses années mais on le retrouve aussi sur les cadrans téléphoniques, encore dans leur version “analogique” ou “mécanique”.

Téléphone à cadran avec dièse

Le Dièse était sur le téléphone à cadran

Le symbole # connaît une nouvelle vie grâce à twitter. Le système aux messages limités à 140 caractères l’a utilisé pour signaler des mots-clés ou des sujets dans un Tweet. Il est ainsi activé par les utilisateurs de Twitter comme moyen permettant de catégoriser les messages sur base de mots clés directement accolés derrière ce sigle # dièse, désormais appelé hashtag dans le jargon anglophone de twitter.

Les utilisateurs emploient ces hashtags avant un mot-clé ou une succession de mots (sans espace ou autre signe de ponctuation) de leurs tweets. Ils peuvent ainsi catégoriser ces Tweets, ce qui permet de les afficher plus facilement dans les recherches Twitter.

Si vous cliquez sur un mot contenant un hashtag, cela vous permettra d’afficher tous les autres Tweets qui comportent ce mot-clé,avec leur hashtag.

Vous pouvez insérer des hashtags à n’importe quel endroit d’un tweet : au début, au milieu ou à la fin.

Les hashtags les plus populaires couvrent souvent des sujets tendances. Les événements peuvent également avoir leur hashtag, on trouve aussi  des émissions de televisions, comme, par exemple #onpc , #sochi , #map2015 #map

Exemple avec twitter et le hashtag #FF. Les utilisateurs ont créé cette abréviation pour signifier “Follow Friday”, une tradition hebdomadaire par laquelle les utilisateurs recommandent des membres que d’autres membres devraient suivre sur Twitter. Vous en verrez donc chaque… vendredi.

Là où ça devient vraiment intéressant, c’est que le hashtag, aujourd’hui, est utilisé sur d’autres réseaux sociaux comme Facebook et Google+. On y trouvera donc aussi des hashtags comme #jobs #fashion #food ou #voyage pour n’en prendre que quelques exemples parmi les plus courants.

L’intérêt est qu’un même message, partagé sur plusieurs réseaux sociaux va pouvoir intégrer la même structure avec les mêmes mots clés-hashtags. On n’oubliera cependant pas, alors, de placer ceux-ci dans les 140 premiers caractères si la diffusion se fait aussi via twitter.

trucs et astuces hastgag

trucs et astuces hastgag

 

Pour utiliser correctement les hashtags :

Si vous insérez un hashtag dans un Tweet sur un compte public, toute personne recherchant cet hashtag pourra trouver votre Tweet

Ne spammez pas avec des hashtags. N’insérez pas trop de hashtags dans un même message (Les bonnes pratiques recommandent de ne pas utiliser plus de trois hashtags par message). Plus naturel est votre hashtag et plus fluide sera son insertion, de plus, si vous le placez dans la phrase, devant un mot qui la compose, vous gagnez de la place.

N’utilisez des hashtags que dans les Tweets correspondant au sujet.

 

 

Veille :

N’oubliez pas que si vous utilisez les hastags pour catégoriser les messages que vous envoyez (quelle que soit la plateforme, Twtitter, Google ou Facebook,…), c’est également valable dans le sens inverse.

En effet, pour votre veille, rien de tel que d’utiliser les hashags; vous chercher des infos sur le tourisme ? Tapez #tourisme. Des infos sur l’utilisation du mobile dans le marketing touristique ? C’est la combinaison des mots #tourisme #marketing #mobile.

Les hashtags sont aussi une excellente manière de se composer un portfolio d’éléments bibliographiques pour une étude de marché par exemple. Des liens et des posts faciles à garder dans Google Keep par exemple.

Le Boum de la publicité vidéo mobile

Selon une étude de eMarketer…

eMarketer prévoit que la publicité vidéo mobile va voir son volume presque quadrupler d’ici 2018 pour passer d’un marché de 1,44 milliards de dollars en 2014 à 5,44 milliards de dollars.
Ces prévisions apparaissent dans la nouvelle étude “US Mobile Video Publicité 2014» rapport de eMarketer .

Ces prévisions traduisent également le fait que la publicité vidéo mobile représentera alors plus de 44% du marché de la publicité vidéo en ligne totale, qui – toujours selon les estimations de eMarketer – atteindra un volume de 12,3 milliards de dollars en 2018 pour 5,9 milliards de dollars en 2014.  Dans cette perspective, eMarketer estime qu’en 2014, la vidéo mobile publicité représentera environ 25% du marché total de la publicité vidéo en ligne.

Le point le plus important de cette prévision est la progression continue de la pénétration des dispositifs mobiles. eMarketer estime que le nombre de «mobinautes» qui consomment de la vidéo sur les smartphones va passer de 89 millions en 2014 à 125,4 millons en 2018, tandis que le nombre des utilisateurs consommant de la vidéo sur tablettes passera de 113,4 millions en 2014 à 149 millions en 2018.

eMarketer a interrogé de nombreux cadres de l’industrie pour établir ce nouveau rapport et a constaté, entre autres choses, que le modèle prédominant pour la publicité liée à la vidéo mobile est aujourd’hui celui du nombre d’impressions (CPM). Autre constat : l’établissement d’indicateurs de performance pour évaluer le succès des campagnes publicitaires vidéo mobiles en est encore à son balbutiement. Mais comme ceux-ci se développent, eMarketer s’attend à ce que les modèles de tarification fondés sur le rendement montent en puissance.

Le rapport comprend également des données sur les formats des annonces vidéo mobile, l’impact de la qualité de la prestation, comment les mobinautes se connectent pour visionner la vidéo mobile (Wi-fi,roaming,…), les différences de consommation de vidéos entre smartphone et tablette, des comparaisons entre vidéo vue sur le web et lue sur système mobile …